Prise en compte des émotions

 

Je travaille à partir des réalités émotionnelles de chacun pour permettre aux  personnes de mieux vivre ensemble dans un premier temps, puis à s’organiser pour produire un changement collectif au sein de leur milieu professionnel, tout en se réalisant sur le plan personnel.

Pour créer les conditions d’un vivre et travailler ensemble équilibré, mon  but d’intervention est donc de favoriser la prise de conscience  de l’existence de ces émotions, mais aussi  de les conduire à transformer celles-ci de manière plus constructive.

Comprendre qu’elles sont à l’œuvre en permanence, permettre à chacun, à son niveau,  de créer les moyens de les dépasser pour retrouver une capacité d’action commune, voilà l’objectif essentiel. Travailler sur les peurs, la violence et le sentiment d’impuissance et, finalement, stopper le cycle infernal qui découle de ces émotions est un préalable à tout projet collectif.

Si on évite de se confronter à ce ressenti ou si l’on s’imagine pouvoir s’en affranchir comme par miracle, rien ne pourra se vivre à une échelle collective sans pertes et dommages. Ceci est présent en chacun de nous à des degrés variables et nous empêche une relation saine entre soi, les autres et le monde.

Les problèmes dans les équipes de travail sont récurrents :

  • Problèmes de motivation, de stress
  • Vision des tâches à accomplir différentes
  • Relations interpersonnelles difficiles
  • Travail en équipe dans un climat de « violence »
  • Problèmes de management

Durant les interventions, les participants seront amenés à travailler :

  • leurs peurs, leurs zones d’ombres.
  • la confiance en soi mais plus largement la CONFIANCE
  • leur mode de communication

A propos de la peur

La peur existe mais n’est pas toujours consciente. Nous vivons avec des peurs, elles sont tapies en nous, banalisées, sublimées par différents moyens. Nous avons différentes stratégies pour faire face aux peurs que réveillent les autres: indifférence, mépris, jugement, catégorisation, condamnation … Ce sont des stratégies  de communication qui peuvent être des stratégies violentes, tournées contre soi-même ou contre les autres. Ces stratégies réveillent chez les autres des sentiments de sympathie ou d’antipathie, conscients ou diffus. On parle de feeling, on justifie par des indices ces « feelings » : physiques, idées, paroles, attitude, idéologie, comportement … Dans mes interventions nous regardons cette violence en soi et comment la transformer en conflit  dans le  travail.

La violence empêche une véritable coopération. Si celle -ci se  fonde sur un lien de confiance alors les personnes peuvent se révéler les unes aux autres, sinon elles ne montrent qu’une image d’elles-mêmes, une image qui les protège avec ses masques, ses blindages et ses armures ou carapaces.

PRATIQUE SOCIO-TRANSFORMATIVE