Démarche

Sans lien avec les hommes, il n’y a pas d’humanité possible

Je propose  une démarche d’intervention visant à favoriser le lien social et par la même la capacité de coopérer des individus entre eux.

Je  crée un cadre reconnaissant fondamentalement chaque personne dans sa singularité et dans sa légitimité pour amener  chacun à exprimer sa réalité (selon le contexte : citoyen, salarié, parent et/ou enfant) quelle que soit sa position (dans la cité, dans le milieu professionnel, dans la famille,dans le couple).

A travers l’expression et l’écoute mutuelle y compris celle des émotions, j’accompagne  un processus de reconnaissance de l’altérité. L’établissement progressif de la confiance  permet la circulation des informations nécessaires à une compréhension partagée d’une réalité complexe et subtile.

Chacun peut expérimenter dans un espace sécurisant sa légitimité et sa capacité à apporter une collaboration active au service du groupe dans le respect des points de vue.

Mes interventions, basées sur l’écoute, le dialogue, la responsabilité, privilégient le soin de la relation. Elles participent activement à la régulation des tensions relationnelles et au renforcement, de la coopération dans le collectif.

Les contenus de formations sont centrés en priorité sur les relations interpersonnelles. Celles-ci n’ont pas suffisamment de réels espaces d’échanges et de rencontres dédiés à l’expression des difficultés, des attentes, des besoins. Je propose un cadre d’expérimentation le  permettant mais également d’identifier et de  comprendre nos  propres obstacles à  cette expression et donc  aussi à la coopération.

Je suis convaincue que dans un système humain donné, en particulier dans une équipe de travail l’ensemble des parties en présence est détentrice des informations, des potentiels et des capacités d’action dont il a besoin pour son équilibre et qu’il y a nécessité de les confronter.

Selon le contexte, je contractualise le plus possible avec le commanditaire. Dans cette contractualisation je propose  plusieurs axes de travail :

  • La création d’un cadre « suffisamment bon » qui favorise l’écoute, l’expression de chacun sur ses difficultés, la reconnaissance mutuelle progressive des salariés par un travail sur les préjugés interpersonnels, les valeurs respectives, un travail sur ce qui fait lien et sur ce qui fait divergence
  • Une réflexion collective avec objectif de revisiter et s’approprier l’identité de la structure et son projet, donnant la place à l’expression des difficultés liées à l’environnement de la structure (contexte social, économique et culturel).
  • Des ateliers responsables dont les contenus seront établis en fonction des besoins exprimés (intelligence collective).
  • Une analyse de pratique afin de favoriser une prise de conscience, un élargissement des points de vue et une transformation des postures et des comportements, notamment dans la relation à l’autorité. Elle doit permettre par ailleurs la clarification des rôles et missions de chaque acteur au sein de la structure.

Mes interventions s’inscrivent dans un processus dans lequel  les participants vont expérimenter. Je défends l’idée que les participants puissent aussi expérimenter sur leur terrain professionnel. Autant qu’il est possible je privilégie les interventions entrecoupées de retour sur le  terrain pour permettre une analyse de la pratique de nouvelles postures.

Je reste soucieuse de délivrer au personnel de la structure des outils, des bases de savoir-être expérimentés durant mes interventions visant à mieux appréhender les situations de tensions et en réduire les effets négatifs sur les relations interpersonnelles.

PRATIQUE SOCIO-TRANSFORMATIVE